Pourquoi y a-t-il plus de gens qui meurent à Noël et au Nouvel An ?

Il existe de nombreux facteurs de risque de décès bien connus : taux élevé de cholestérol, le tabagisme, l’obésité et Noël.

Noël :Période propice aux décès

Plusieurs études montrent que vous avez plus de chances de mourir à Noël, le lendemain de Noël ou le Jour de l’An que tout autre jour de l’année.

C’est le cas des personnes qui meurent de causes naturelles, qui représentent 93 % de tous les décès, selon différentes études.

C’est également vrai, disent les chercheurs, pour les personnes qui meurent des cinq maladies les plus courantes : problèmes circulatoires, maladies respiratoires, problèmes endocriniens/nutritionnels/métaboliques, maladies digestives et cancer.

Un avis d’expert

Il y a un pic de décès pour tous les groupes d’âge ces jours-là, à une exception près : les enfants.

Un professeur au département de sociologie, qui a été l’auteur principal de plusieurs de ces études, a remarqué cette tendance lorsqu’il a étudié les certificats de décès de millier de personnes.

Lui et son équipe ont examiné le nombre de personnes décédées dans des situations d’urgence et celles qui ont été considérées comme décédées à leur arrivée à l’hôpital entre 1979 et 2004. Ils ont trouvé un pic dans le nombre de morts ces trois jours-là.

Qu’en est-il des repas de fête ou de la consommation d’alcool ?

consommation d'alcool
Consommation d’alcool

Ce docteur a constaté que le nombre de décès était toujours aussi élevé chez les patients hospitalisés, dont l’alimentation et la consommation d’alcool étaient strictement réglementées. En fait, ceux qui sont décédés des suites d’un abus d’alcool ou d’autres drogues figurant sur la liste des causes secondaires de décès ont connu un plus faible pic pendant les Fêtes que ceux qui sont décédés des seules maladies cardiaques.

Malgré la croyance populaire, le taux de suicide ne grimpe pas pendant les Fêtes. En fait, le taux de suicide en décembre est à son plus bas niveau – il culmine au printemps et à l’automne. Le taux d’homicides diminue également pendant les Fêtes.

Conclusion

Il pense que la véritable raison pour laquelle Noël et le Nouvel An sont un facteur de risque de décès pourrait avoir un lien avec l’accès aux soins qui sont bien trop chers.